Premiers pas au Festival de Granby

Bonjour à tous,

Cela fait à présent une petite moitié de semaine que j’ai commencé mon séjour à Granby et on peut dire que c’est assez intensif, d’où une fréquence un peu ralentie de mes publications.

En effet, les journées commencent à 9 heures pour se terminer le plus souvent à 9 heures du soir, parfois plus tard en cas de représentation.

J’ai, au moment de l’écriture de ce billet, passé trois jours de formation et pourtant j’ai l’impression d’être là depuis une semaine. Je suis tellement plongée en immersion qu’il m’arrive d’attraper l’accent québécois, ou en tout cas certaines intonations et musicalités de la langue !

< Mon superbadge du Festival de Granby. Avez-vous remarqué mon vernis à ongles parfaitement assorti ? 😉 >

En vrac, voici ce que j’ai retenu de mes premiers jours ici :

– A mon arrivée, le mot que j’aurais sans doute le plus utilisé est sans contexte le mot « Hein ? » (oui, j’assume mon côté nordiste) lors de mes premiers échanges avec ma famille d’accueil. Si l’accent montréalais est plutôt facile d’accès, les accents des autres provinces sont parfois assez différents et nécessitent un temps d’adaptation.

– Lors de ma première soirée avec mes camarades artistes, j’ai appris ce qu’était que l’Acadie, pays perdu mais bien présent dans le coeur de leurs descendants.

– J’ai découvert la grande scène du Palace de Granby (un petit 900 places environ, tout de même) sur laquelle je ferai une apparition et sur laquelle chacun d’entre nous a déclamé son monologue.

< Le Palace de Granby >

– Mon monologue s’est plutôt bien passé même si je n’étais pas tout à fait à fond par rapport à ce que j’imaginais. J’ai pu faire rire mon public, ce qui m’a un peu surprise sur le coup (je n’y avais à vrai dire pas pensé quand j’ai travaillé mon texte). J’ai pu découvrir de belles personnalités et que nombre de mes camarades possédaient de véritables talents en comédie, parfois de façon impressionnante. Cela me faisait penser à ces artistes américains qui savent tout faire, chanter, jouer de la comédie, danser…

– Les cours de chant et de théâtre sont vraiment excellents et me donnent de jolies pistes à suivre, où tout est une question d’ancrage, afin de ne pas se perdre ou papillonner sur scène… Une bonne façon de se recentrer pour donner le meilleur de nous-même.

– Nous avons eu deux intervenants différents lors de conférences données dans le cadre de la formation. Le premier nous a conseillé de prendre un bon avocat, le second nous a conseillé de prendre un bon psy 😉

– Ce soir j’ai pu faire ma toute première performance devant un public au Québec, avec ma chanson imposée ! Moment émouvant, un peu comme suspendu… Je suis agréablement surprise des réactions positives du public comme d’une partie des demi-finalistes, que ce soit sur ma voix ou le côté apaisant ou élégant de ma prestation. Quand j’aurais un coup au moral, je repenserai à cette soirée et à toutes ces ondes positives qui m’ont été données.

– Ce soir j’ai pu enfin découvrir sur scène la quasi-totalité des demi-finalistes et participants européens à la formation. J’ai été charmée par la diversité des énergies sur scène, de la plus brute à la plus délicate, de la plus mature à la plus fraiche, de la plus pure à la plus trouble, le point commun étant cette espèce d’aura de créativité entourant chacun d’entre eux. Je découvre des personnalités auxquelles j’accroche par sympathie, d’autres qui m’intriguent ou parfois même me fascinent… J’ai vraiment hâte de découvrir leur univers durant les demi-finales, où ils pourront jouer trois de leurs créations sur la grande scène du Palace de Granby.

< Un des pianos sur lesquels nous répétons en vue des soirées-concert en commun >

– Demain, place à la soirée des « Traductions libres », autrement dit une soirée à la « Franglaises » où chacun devra reprendre, en français dans le texte, une chanson initialement en anglais, de préférence connue et dont la traduction peut parfois surprendre ! Je suis très contente car je serai accompagnée de demi-finalistes qui feront les choeurs ; on va beaucoup s’amuser.

– Vendredi, j’aurai un concert un peu spécial qui se déroulera dans une sorte de centre médico-psychologique. C’est la première fois que je vivrai ce type d’expérience et j’espère que je pourrai apporter quelque chose de positif.

Et sinon, mon orteil immobile ne me fait pas trop souffrir, mais m’empêche de me déplacer librement en ville…

A très bientôt,

D.

Share:
Photos : Marianne Hell / Joseph Scarito / Fred William Dewitt Logo : Olivier Classe