Pourquoi j’ai voulu enregistrer mon EP au Vietnam

Ca y est, c’est dit : mon EP est en ce moment-même en cours d’enregistrement… au Vietnam.

Plutôt que de vous conter des détails peu importants sur mes 11 heures et quelques de vol, je voudrais d’abord vous situer un peu le contexte. Et surtout, vous préciser pourquoi le Vietnam, pourquoi ce choix qui semble peu évident de prime abord.

Il faut d’abord que vous sachiez quelque chose.

Mis à part le fait que je suis à moitié d’ascendance vietnamienne.

Pour beaucoup de personnes, y compris des personnes qui n’ont aucun lien particulier avec le pays avant de s’y rendre, le Vietnam agit comme une sorte de révélateur.

Ce pays assez peu facilement descriptible est si loin de nos bases, si plein de beauté, de dureté et parfois d’absurdité, il nous offre des moments d’échange et d’humanité à la fois si profonds et fugaces, qu’au bout de quelque temps, nous sommes obligés de nous retrouver face à nous-mêmes. Nous faisons la part des choses entre ce que nous voulons, ce dont nous avons réellement besoin, et ce que nous pensions vouloir. Des parts de notre personnalité que nous pensions avoir oubliées, finissent par ressurgir. Certains vont jusqu’à changer de vie suite à un séjour au Vietnam.

< Une tentative de capture de coucher de soleil non loin de chez moi à Hanoi (le soleil était plus rouge que sur la photo) >

Il y a quelques années, j’ai vécu plusieurs mois à Hanoi.

J’ai pris mon billet longue durée alors que je n’avais jamais mis un pied en Asie.

Je me souviens très bien de ce moment vers la fin de mon séjour, dans un café japonisant du centre-ville, où pour la première fois de ma vie, j’ai eu un flash. J’avais cette évidence devant les yeux : je devais rendre à la musique la place légitime qu’elle devait avoir dans ma vie.

C’est véritablement de là qu’est née cette énergie, cette envie de me consacrer pleinement à la création musicale.

C’est cette énergie-là que j’avais envie de retrouver en revenant à Hanoi pour enregistrer mon EP.

< Des élèves jouent devant la cathédrale Saint-Joseph à Hanoi en sortant de l’école >

Hanoi est également une ville bouillonnante artistiquement parlant, avec une belle scène alternative voire underground où se mêlent expatriés de tous bords, voyageurs invétérés et vietnamiens inspirés qu’ils soient jazzmen ou hippies.

Mais c’est surtout un lieu dans lequel j’ai eu l’impression de me reconnecter avec moi-même.

Je voulais retrouver tout ça.

< Un des mes premiers repas en arrivant à Hanoi >

Mais au-delà de cette atmosphère particulière, je voulais retrouver les personnes avec qui j’avais envie de faire cet EP. Des personnes que j’avais rencontrées lors de mon premier séjour, en qui j’ai toute confiance et avec lesquelles faire cet EP serait une joie.

Alors oui, me donner ce défi-là, faire cet EP aussi loin de chez moi, ça peut paraître farfelu, ce sera sûrement imparfait, mais je crois que ce sera surtout très vivant et positif.

Et j’espère que vous ressentirez, lors de l’écoute de mes chansons, autant de joie que celle que je ressens actuellement en les enregistrant.

A bientôt,

D.

Share:
Photos : Marianne Hell / Joseph Scarito / Fred William Dewitt Logo : Olivier Classe